LE DILEMME DU HERISSON

PHOTO DILEMME DU HERISSON FOND JAUNE

Théâtre corporel et musical
2 artistes sur scène + 1 technicien
Duo Tout public à partir de 7 ans

Durée : 50 minutes
Conception : Rémi Leclerc
Accompagnement à la mise en scène : Simon Filippi
Avec : Quelen Lamouroux et Rémi Leclerc
Regards artistiques : Florent Bergal et Caroline Lemignard
Création musicale : Rémi Leclerc et Quelen Lamouroux
Scénographie :Jean-Christophe Robert & Simon Filippi (1ière phase de création)
Rémi Leclerc (2ième phase de création)
Création lumière :
Jean-Christophe Robert (1ière phase de création)
Yarol Stuber Ponsot (2ième phase de création)
Costumes : Noëlle Camus
Régie son : Iker Garay

Ce tandem poétique sans parole nous plonge dans l’intimité de deux personnages qui, entre attirance et répulsion, essaient de se comprendre, de s’approcher, de s’explorer et surtout, qui incarnent le besoin vital et inconditionnel que nous avons d’être en relation.
Les jeux d’attirance et de friction entre eux révèlent aussi leurs propres ombres et invitent chacun à considérer, apprivoiser et soigner des blessures oubliées, car pour construire avec l’autre, le regard sur soi devient inévitable et le désir de guérison grandit.
Tel un film sans paroles, ces deux architectes de l’intime déroulent leur histoire sur un fil musical. Le piano, le violon, la voix, les percussions corporelles, la danse sont leurs ingrédients gravitant autour d’un langage brut et poétique, celui de la musique des corps.
Un drôle d’univers teinté d’humour et de tendresse, rappelant Chaplin et les fulgurances des Cartoons, inventant de toute pièce un gestuaire singulier, à la fois intime et universel.

Coproduction : Cie des Humanophones & Cie Sons de toile
Coproductions : Jeunesses Musicales de France, Le MI[X] – Maison Intercommunale des Cultures et des Sciences (Mourenx), L’Agora, association culturelle (Billère)
Avec le soutien financier de : Office Artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine (OARA) dans le cadre du dispositif « Résidence hors les murs »
Accueils en résidence : Association La Baraque – La Vannerie (Toulouse), Le MI[X] – Maison Intercommunale des Cultures et des Sciences (Mourenx), Mairie de Sigalens, Association Chantier théâtre – Cie Florence Lavaud (Saint-Paul-de-Serre), Ville d’Eysines – salle du Vigean et Théâtre Jean Vilar, Ville d’Amboise – Théâtre Beaumarchais, L’Agora, association culturelle & Ville de Billère – Salle Robert Lacaze, Ville de Tournefeuille – L’Escale et Le Phare
Préachats : Ville de Billère, L’Agora, association culturelle, Communauté d’agglomération bergeracoise – Centre culturel Michel Manet, Ville de Tournefeuille – L’Escale
Accompagnement à la production : Les 3A – Accompagnement d’Artistes et d’Acteurs culturels

GENESE DU PROJET

C’est dans le cadre du Festival International de Musique Corporelle (IBMF) à Terni (à côté de Rome) en 2015 puis à Paris en 2016 que Quelen Lamouroux et Rémi Leclerc se produisent pour les premières fois en duo. Ils y présentent La Rencontre, une courte pièce de 5mn de musique corporelle théâtralisée mettant en scène la rencontre d’un homme et d’une femme. Ils utilisent à ce moment un langage essentiellement basé sur la percussion corporelle, au sein duquel ils développent la théâtralité dans chaque son et dans chaque geste. Une forme légère et sensible en émane et ce langage devient commun. Cette courte forme s’étendra à 40mn en 2018, au Ghana, dans le cadre du même festival (IBMF).

Cette (re)création permet aux deux partenaires d’étendre leurs recherches dans le but d’établir un vocabulaire plus dense jusqu’à créer un glossaire d’expression de sentiments, d’émotions, d’intentions aux travers des percussions corporelles. C’est ainsi que commence à apparaître progressivement l’onirisme et le surréalisme dans un traitement brut, organique et quotidien de scénettes de relation de couple.

La forme brute qui en découle est à ce moment-là accueillie très chaleureusement et conforte le duo dans son désir de créer un véritable spectacle destiné à tous les publics. En 2019, ils décident de s’entourer de Simon Filippi à la mise en scène et entament plusieurs sessions de recherches, mettant ainsi la théâtralité et l’expression des émotions au premier plan et la dramaturgie au cœur du travail. La Rencontre devient alors Le Dilemme du Hérisson.

ANALOGIE

Le Dilemme du hérisson est un duo de théâtre corporel et musical tout public, transposant sur scène la métaphore du « dilemme du hérisson » très utilisée en psychologie pour évoquer les contradictions des relations humaines. Le dilemme du hérisson ou plus rarement dilemme du porc-épic est une analogie sur l’intimité humaine. Il décrit une situation dans laquelle un groupe de hérissons cherche à se rapprocher afin de partager leur chaleur par temps froid. Cependant, ils doivent rester éloignés les uns des autres car ils se blesseraient mutuellement avec leurs épines. Bien qu’ils partagent tous l’intention de se rapprocher, cela ne peut se produire, pour des raisons qu’ils ne peuvent éviter.

Arthur Schopenhauer et Sigmund Freud ont tous deux exploité cette analogie pour décrire leurs réflexions sur l’état d’un individu dans sa relation à autrui. Le dilemme du hérisson suggère que, malgré une bonne volonté, l’intimité ne peut exister sans retentissements importants. En résulte un comportement méfiant et des relations bouleversantes.

POETIQUE DE LA RELATION

Le Dilemme du hérisson met en exergue l’importance du regard sur soi et du désir de guérison pour pouvoir construire ensemble. Les frictions entre ces deux êtres suscitent la révélation de leurs propres démons et traumatismes. Au sein de ce tandem, chacun peut considérer, apprivoiser et soigner ses propres parts blessées afin de mieux s’accepter, se comprendre, s’épanouir et créer.

Le miroir qu’ils représentent l’un pour l’autre est tantôt rassurant, tantôt contrariant, attendrissant, rageant, toujours mouvant et follement vivant. Ce sont deux corps qui bougent sans répit, incisifs ou fluides, impulsés par le désir de se comprendre, de s’entendre, de créer ensemble.

De là, d’illusions en désillusions, le couple se dévoile sous nos yeux dans toute sa complexité et sa beauté : séduction, rapports de force, agressivité, joie, douceurs et vices du quotidien. Tel un film sans paroles, ces deux architectes de l’intime déroulent leur histoire sur un fil musical. Le piano, le violon, la voix, les percussions corporelles, la danse sont leurs ingrédients gravitant autour d’un langage plus essentiel qui est celui de la musique des corps. Un drôle d’univers teinté d’humour rappelant Chaplin et les fulgurances des Cartoons, inventant de toute pièce un gestuaire singulier, à la fois intime et universel !

COLLABORATION SONS DE TOILE – HUMANOPHONES

La collaboration entre La Cie des Humanophones et la Cie Sons de Toile est la suite logique d’une amitié artistique de longue date entre Rémi Leclerc et Simon Filippi. Tous deux porteurs de projets au sein d’une des deux compagnies, ils sont par ailleurs partenaires de jeu en tant que musiciens corporels et comédiens au sein de chacune d’entre elles : spectacles Corpus (Les Humanophones) et Zou ! (Sons de Toile).

Depuis 2011, ces deux spectacles tournent en France ainsi qu’à l’international et se développent dans des réseaux communs et aussi très différents. Ainsi, Rémi Leclerc et Simon Filippi continuent d’éprouver ensemble tantôt la rue, tantôt la salle, dans des réseaux arts du geste, théâtre physique et visuel, ou dans des réseaux Musiques amplifiées, festivals vocaux acapellas…

Au délà des affinités artistiques certaines, le projet Le Dilemme du hérisson est pour eux une invitation à tirer le fil de cette collaboration en mutualisant les compétences et les ressources de chacune des compagnies en matière de production, de partage de réseau, et de développement de projet.